Informations sur les blattes germaniques

Informations sur les blattes germaniques blattella germanica

Sur un total d’environ 4.500 espèces de cafards, le type germanique est l’un des plus fréquemment trouvés, surtout dans des endroits tels que les restaurants ou d’autres lieux liés à l’alimentation. Cependant, on ne les  trouve pas seulement dans l’industrie alimentaire, mais ils sont aussi l’espèce la plus commune qui erre autour les maisons, les appartements et les hôtels. A cause de leur petite taille, ils peuvent facilement passer à travers les fissures et les crevasses, et a cause de leur capacité d’accouplement rapide, ils peuvent rapidement se multiplier et atteindre une population élevée, en conduisant ainsi à l’infestation de l’endroit. Une paire de blattes germaniques peut produire jusqu’à 10.000 descendants dans un an.

Informations sur les blattes germaniques blattella germanica

Reproduction et distribution

La blatte germanique (Blattella germanica) est une petite espèce de cafard, typiquement d’environ 1,1 à 1,6 cm (0,43 à 0,63 pouce) de long. En couleur, il varie du beige au presque noir, et il a deux stries sombres, à peu près parallèles, qui s’étendent de l’arrière de la tête à la base des ailes. Bien que Blattella germanica ait des ailes, il peut à peine voler, bien qu’il puisse glisser lorsqu’il est dérangé. Parmi les quelques espèces des cafards qui sont des parasites domestiques, c’est probablement l’exemple le plus gênant.

La blatte germanique se reproduit plus rapidement que tout autre cafard domestique, passant de l’œuf à l’adulte reproducteur en environ 50 à 60 jours. Une fois fécondée, une blatte germanique femelle développe une oothèque dans son abdomen. L’abdomen gonfle au fur et à mesure que ses œufs se développent, jusqu’à ce que la pointe translucide de l’oothèque commence à dépasser de l’extrémité de son abdomen, et à ce moment-là, les œufs à l’intérieur sont entièrement dimensionnés. Un petit pourcentage des nymphes peut éclore alors que l’oothèque est encore attachée à la femelle, mais la majorité émerge environ 24 heures après s’être détachée du corps de la femelle. Les nymphes noires de 3mm de long nouvellement écloses progressent ensuite de six à sept étapes avant d’atteindre la maturité sexuelle, mais ce processus de mue est un processus tellement dangereux que près de la moitié des nymphes meurent de causes naturelles avant d’atteindre l’âge adulte. Les peaux molles et les nymphes mortes sont bientôt mangées par les nymphes vivantes présentes au moment de la mue.

Comportement en tant que parasites

Blattella germanica est répandu dans les bâtiments humains, mais il est particulièrement associé aux restaurants, aux établissements de transformation des aliments, aux hôtels et aux établissements institutionnels tels que les maisons de soins infirmiers. Dans les climats froids, ils se reproduisent seulement à proximité des habitations humaines, car ils ne peuvent pas survivre à un froid sévère.

En ce qui concerne les points d’accès, ces cafards peuvent pénétrer dans les habitations par des fentes, des portes ouvertes, sous les seuils des portes, des tuyaux, des conduites, des égouts, des toilettes, des baignoires, des éviers, des radiateurs, etc. Un fois à l’intérieur, ils ont la tendance à rester sur les étages inférieurs ou souterrains, préférant les sous-sols, les caves ou d’autres endroits humides, en général autour des matières organiques en décomposition et des grandes sources d’eau. Au cas des complexes d’appartements, ils pourraient atteindre les étages supérieurs à travers des chutes d’ordures.

Vu qu’ils préfèrent les espaces chauds et qu’ils peuvent manger presque n’importe quoi, y compris des sucreries, de la farine et de la graisse, ils peuvent envahir votre cuisine et vos appareils tels que le four à micro-ondes, le réfrigérateur et le four.

Ils préfèrent les espaces confinés, et ils sont petits par rapport à d’autres espèces de parasites, de sorte qu’ils peuvent se cacher dans de petites fissures et des crevasses faciles à négliger, évitant ainsi les humains et leurs efforts d’éradication. Inversement, le contrôleur des parasites chevronnés est à l’affût des fissures et des crevasses où il est probable qu’il sera rentable de placer des appâts ou des surfaces de pulvérisation.

La blatte germanique résiste à de nombreuses mesures de lutte contre les parasites grâce au manque de prédateurs dans l’habitat humain, de sa reproduction volumineuse et de sa capacité à s’adapter et même à développer une immunité contre les pesticides chimiques. Avoir un cycle reproducteur court et atteindre la maturité sexuelle en quelques semaines aide également la blatte germanique à développer une grande population envahissante.

Pour être efficaces, les mesures de contrôle et prevention doivent être complètes, soutenues et systématiques; la survie de quelques œufs suffit amplement pour régénérer une population des parasites presque exterminée en quelques générations, et la recolonisation à partir des populations voisines est souvent très rapide.

Avez-vous des questions?

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

POSER UNE QUESTION